Category Archives: Twitter

Que faire en cas de cyberharcèlement ?

Qu’est ce que le harcèlement scolaire «classique» ?

Un élève est harcelé lorsqu’il est soumis :

• de manière répétée

• à des comportements agressifs ou violents

• de la part de quelqu’un qu’il connaît, mais contre qui il ne peut pas lutter

Dans un harcèlement, il y a :

• une victime (le collégien dont on se moque, par exemple)

• un agresseur (celui qui se moque de la victime)

• les autres (les complices de l’agresseurs, les défenseurs de la victime, ceux qui laissent faire…)

Qui est la victime ?

• Généralement quelqu’un de différent (ou supposé différent) sur le plan physique, intellectuel, sexuel…

• Quelqu’un de plutôt isolé au sein de sa classe

Qui est l’agresseur ?

• Quelqu’un qui se prend pour le chef d’un groupe…

• Quelqu’un qui a de l’humour et qui se sait se moquer des différences ou des différences supposées de la victime

Dans le harcèlement scolaire «classique » la victime connaît son agresseur et peut donc dénoncer son comportement auprès des adultes

Qu’est-ce que le cyberharcèlement ?

Un élève est cyberharcelé lorsqu’il reçoit ou voit passer :

• des informations (SMS, commentaires…) humiliantes ou fausses

• ou des photos, truquées ou qu’il avait réservées à une seule personne

• sur son téléphone portable, sur les réseaux sociaux, sur les blogs, dans des courriers électroniques

L’élève peut donc être cyberharcelé :

• partout (chez lui, à l’école, dans les transports…)

• 24 heures sur 24

La victime ne connaît pas son ou ses agresseurs

Le ou les agresseurs croient qu’ils ne pourront jamais être retrouvés

La rumeur est alimentée par tous ceux qui la propagent, parce que :

• soit ils sont du côté de l’agresseur

• soit ils trouvent cela drôle

• soit ils laissent un commentaire encore plus méchant

Il arrive également qu’un adolescent engagé dans une relation amoureuse harcèle sa partenaire ou son ex-partenaire.

Conséquences :

la victime peut rapidement croire qu’elle est harcelée par des centaines, des milliers de personnes…

La victime peut finir par croire qu’elle est coupable, qu’elle a vraiment fait quelque chose de mal pour mériter tout cela…

Cela peut avoir des conséquences dramatiques…

Que faire si l’on est victime d’un harcèlement ou un cyberharcèlement ?

En parler le plus vite possible à un adulte

Si le ou les harceleurs utilisent les réseaux sociaux, signaler leurs agissements (sur Facebook et Instagram, suivez les conseils dispensés sur la page https://help.instagram.com/help/116326365118751?sr=5&sid=0NtFOhW4B5s1ynGml; sur Twitter, lire https://support.twitter.com/articles/82757-menaces-de-violence ;

Que faire si l’on est témoin d’un harcèlement ou d’un cyberharcèlement ?

Défendre et protéger à tout prix la victime :

• en parler à un adulte

• ne pas propager de rumeur

Les précautions de base pour éviter d’être victime d’un cyberharcèlement :

• ne pas s’inscrire sur Ask.fm

• ne pas installer l’application Whisper sur son smartphone

• bien protéger ses profils sur les autres réseaux sociaux

Existe-il des signes avant-coureurs ?

Le piratage d’un compte sur un réseau social (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat…) doit être pris très au sérieux, car il peut constituer la première étape d’un cyberharcèlement.


Twitter attire-t-il vraiment plus d’adolescents français ?

Un récent article du Figaro suggère que les jeunes Français se tournent de plus en plus vers Twitter. Cela ne correspond pas à mes constatations auprès de nos collégiens et de nos lycéens.

Le Figaro a publié en début de semaine un article affirmant que les “Les adolescents français migrent vers Twitter” : «[…] Quelque 16% des 15-24 sont déjà sur le réseau de micro-blogging en France, selon les derniers chiffres de l’institut ComScore. La plupart sont des jeunes adultes, mais Twitter séduit doucement les lycéens. Une étude du Pew Center, une fondation américaine qui explore les pratiques numériques, montre qu’en juillet, 16% des jeunes âgés de 12 à 17 ans disaient utiliser Twitter contre seulement 8% il y a deux ans […]»

D’abord, quelques remarque sur ces chiffres :

• ComScore m’a communiqué les mêmes données que celles auxquelles Le Figaro a eu accès ; et, effectivement, ComScore montre qu’en France le nombre de 15-24 ans (visiteurs uniques) qui se sont rendus sur le site Twitter.com  a augmenté de 50% entre mai 2011 et mai 2012. Mais ont-ils tous ouvert un compte Twitter ? Et quelle est proportion d’adolescents ? En revanche, un chiffre me semble intéressant à relever parmi les données que Twitter m’a envoyées : 56% de ces nouveaux visiteurs sont des filles.

• l’étude du Pew Research Center citée dans l’article du Figaro ne peut s’être intéressée qu’à des jeunes Américains et ne concerne donc pas les Français ; et je n’ai pas trouvé sur le site du Pew Research Center d’études sur ce sujet datant de juillet 2012. Par contre, j’ai trouvé un document (http://www.pewinternet.org/Reports/2011/Teens-and-social-media/Part-1/Social-network-sites.aspx) avec les chiffres cités par le Figaro mais s’appuyant sur des données d’avril-juillet 2011 et de fin 2009.

D’une façon générale, la tendance décrite dans l’article du Figaro ne correspond pas à mes constatations sur le “terrain”. J’interviens régulièrement devant des collégiens et des lycéens pour leur parler du bon usage des nouvelles technologies (voir www.lesconfs.net). A chaque fois, je leur demande s’ils sont sur Twitter. C’est le cas pour un ou deux élèves, au maximum, par classe.

Explication : il y a un frein technique. Certes, on peut Twitter par SMS ou via le site mobile.twitter.com, mais pour tirer pleinement profit de ce réseau social, mieux vaut possèder un smartphone (iPhone, Android, BlackBerry ou Windows Phone 7). Or, encore très peu de lycéens – et encore moins de collégiens – possèdent ce type de téléphone. En revanche, beaucoup de jeunes adultes et en particulier de jeunes femmes (d’où sans doute la proportion légèrement plus importante de filles dans l’étude ComScore) s’en achètent un dès qu’ils le peuvent.

Enfin, il est important de noter que les jeunes qui ouvrent un compte Twitter n’abandonnent pas systématiquement Facebook ; ils gèrent leurs deux profils en même temps !

Copyright 2013 Jacques Henno – Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur