Category Archives: Les jeux vidéo

Jeux vidéo : oui, mais sans excès !

La pratique de ces loisirs numériques n’est pas mauvaise en soi, mais peut donner lieu à un certain nombre de dérives. Elle doit être sérieusement encadrée par les parents.

————–

Le jeu vidéo est devenu un phénomène de masse, qui touche non seulement les enfants (en France, la quasi-totalité des moins de 18 ans y joue*), mais aussi les adultes : l’âge moyen des joueurs est désormais de 31 ans**. Autant dire que cette année les Wii fit, Mario, Rayman, Call of Duty et autres GTA se sont accumulés sous le sapin de Noël. Sans parler des équipements (consoles, manettes, volants, planches de surf interactive…) indispensables pour s’y adonner.

Mais l’engouement des enfants pour ces loisirs numériques inquiète de nombreux parents. Les industriels, les associations de protection des enfants et les pouvoirs publics ont d’ailleurs inauguré mi-décembre un site d’information sur le sujet (www.pedagojeux.fr). Une initiative qui va dans le bon sens, même si le contenu du site est encore peu développé et, surtout, extrêmement consensuel (la plus grande partie de son financement provient des éditeurs de jeux et de leur syndicat). Les questions que les mères et les pères se posent le plus souvent sont : mon enfant peut-il se passer des jeux vidéo ? les jeux vidéo violents rendent-ils violents ? un mineur peut-il devenir accro ? combien cela coûte-t-il (voir l’encadré sur les jeux gratuits en ligne) ?

Sur la nécessité – ou non – d’acheter un jeu, il est clair que les jeux vidéo ne sont pas indispensables à l’éducation d’un enfant. Mieux vaut donc retarder le plus tard possible l’arrivée de ces compagnons électroniques dans la maison. L’enfant sera moins tenté d’y consacrer beaucoup de temps, au détriment des devoirs, de la lecture, des sorties en famille ou de… l’ennui (un enfant qui s’ennuie fait fonctionner son imagination).

Cela dit, les jeux vidéo ne sont pas sans intérêt : la plupart des spécialistes s’accordent pour dire qu’ils développent les réflexes, ainsi que le sens de l’orientation. Ils permettent aussi à certains adolescents de retrouver une confiance en soi et, paradoxalement, de développer des moments de convivialité (le jeu est un sujet de conversation ou l’occasion de retrouver dans « la vraie vie » d’autres joueurs rencontrés en ligne).

Mais à condition que cette pratique soit fermement encadrée. La console de jeu ou l’ordinateur doivent être placés dans une salle commune sous la surveillance des parents. Ceux-ci doivent soigneusement vérifier les jeux qui entrent à la maison. Au dos de chaque boîtier figure une série de petits dessins qui indiquent l’âge recommandé pour le jeu et le contenu de celui-ci (violence, grossièreté, drogue, sexe…). Cette classification, dite Pegi (www.pegi.info/fr/), a été mise au point par les éditeurs, à destination des parents. Attention, cela n’empêche pas certains enfants de dissimuler à l’intérieur de la jaquette d’un jeu pour tous âges le DVD d’un jeu hyper violent !
Sur le problème de la violence, justement, la plupart des pédopsychiatres interrogés pensent qu’il n’existe pas de lien de cause à effet direct entre jeux vidéo violents et comportements violents. Mais tous soulignent que cette catégorie de jeux peut émousser la sensibilité des individus.

Reste l’addiction aux jeux vidéo. Elle concernerait plus les jeunes adultes que les mineurs. Cependant, les établissements spécialisés dans l’addiction, comme l’hôpital Marmottan à Paris (www.hopital-marmottan.fr/), reçoivent chaque année quelques adolescents, devenus accros aux jeux massivement multi joueurs, comme le célèbre World of Warcraft. Là encore le rôle des parents est primordial : ils doivent imposer des limites sur la fréquence et la durée du jeu, en fonction du profil de chaque enfant. Et ne pas hésiter à consulter s’ils constatent que le comportement social (chute des résultats scolaires, refus de sortir en famille ou avec des amis) de leur ado a changé depuis qu’il joue beaucoup !

Jacques Henno

Sources :
*sondage Ipsos DIF (Délégation Interministérielle à la Famille)
** Sell (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs)

Dofus et Habbo : deux jeux en ligne à déconseiller aux moins de 12 ans

Les jeux en ligne gratuits constituent un business très rentable en France. 6,5 millions de Français auraient joué au moins une fois à l’univers fantastique Dofus, qui comporte une partie gratuite accessible sans limites ; et 7,5 millions de Français se sont déjà rendus dans la communauté virtuelle Habbo, dont l’accès est entièrement gratuit. Côté revenus, Dofus compterait près d’un million d’abonnés dans l’Hexagone, qui paient entre 1,80 euro par semaine et 48 euros par an. Et Habbo France drainerait 50 000 joueurs qui chaque mois dépenseraient en moyenne 10 euros en meubles virtuels. Résultat, cette petite entreprise de 15 personnes aurait enregistré en 2008 un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros, constitué à 95% par la vente de mobilier virtuel et à 5% par la publicité.
Autant dire que les deux maisons-mères de ces jeux, Ankama pour Dofus et Sulake France pour Habbo France, ne sont pas pauvres… Pourtant, de nombreux parents trouvent que les mesures de protection proposées par ces deux entreprises ne sont pas à la hauteur de leur fortune. Beaucoup de familles se plaignent en effet de l’insécurité qui régnerait dans ces jeux, fréquentés par des 14/15 ans, voire des enfants beaucoup plus jeunes. « Mes garçons ont souvent été approchés par des adultes sur Dofus, affirme une mère de trois enfants. Comme c’est gratuit et facile à jouer, n’importe qui peut s’inscrire et utiliser le tchat pour entrer en contact avec des mineurs. »
Normalement, ces jeux en ligne ne sont pas recommandés pour les moins de 12 ans. Sur Dofus, cette précaution élémentaire est simplement indiquée au moyen d’un petit pictogramme + 12 situé tout en bas à gauche de la page d’accueil, mais rien n’empêche un enfant de dix ans de créer son compte (Dofus demande bien la date de naissance, mais cela ne sert apparemment à rien : nous avons indiqué 1998 comme année de naissance et notre compte a été créé !). Habbo semble plus vigilant, puisque ce jeu demande aux nouveaux inscrits de préciser leur date de naissance ; les moins de 13 ans sont systématiquement rejetés. Mais rien n’empêche un enfant plus jeune d’indiquer une fausse année de naissance. La porte ouverte à tous les abus ?
« Sur Habbo, il y a effectivement quelques dossiers judiciaires : des enquêteurs ont déjà dû faire des réquisitions à la société qui gère Habbo, confirme un haut gradé des services de police français. Sur Dofus, il y aurait surtout des problèmes de « piratage » de comptes, mais ça permettrait éventuellement de rentrer en contact avec les jeunes qui sont les amis des détenteurs normaux des comptes. Et il y aurait également des vols de gains obtenus sur le jeu. »
Les éditeurs, cependant, nient être au courant de toute affaire de pédophile. « A ma connaissance, il n’y a eu aucun cas de pédophilie en huit ans chez Habbo dans le monde », a affirmé, il y a quelques jours, à Vnunet.fr Jean-Baptiste Géraud, alors responsable de Sulake France (il a depuis pris la tête d’un hôtel 3 étoiles – un vrai celui-ci – à Paris !). « Nous ne déplorons aucun incident grave, commente de son côté Thomas Bahon, directeur des produits chez Ankama. Il y a bien eu quelques insultes à caractère sexuel, mais plutôt entre mineurs. »
Habbo France affirme qu’un modérateur, salarié, est présent 24 heures sur 24 et sept jours sur sept sur la partie française du jeu. « Nous en employons sept à plein temps, voire en heures supplémentaires. » Le modérateur se promène dans les salles et intervient en cas de problème signalé par les joueurs. Un système l’alerte également lorsqu’une conversation se noue entre seulement deux personnes. « Nous pensons que si un prédateur se rendait sur Habbo, il irait d’abord dans une salle pour repérer une victime potentielle, puis tenterait de l’attirer dans une autre salle pour être seul avec elle et essayer de l’amadouer », explique Jean-Baptiste Géraud.
Chez Ankama, on n’aime pas trop parler de tout cela : « Il est vrai que n’importe qui peut entrer sur le tchat, reconnaît Thomas Bahon. Mais nous avons mis en place un filtre lexical susceptible de censurer des propos inappropriés rédigés en langage clair. De plus, les joueurs ont la possibilité de bloquer un contact qui les importune. Enfin, 12 community and content managers, salariés, animent et modèrent le jeu, tandis que 30 modérateurs bénévoles se relaient sur le forum et 50 modérateurs bénévoles tournent sur le jeu. »
En revanche, les deux entreprises reconnaissent des problèmes de contestation de paiement. « En 2007, nous avons reçu une centaine de contestation de paiements par carte bancaire, représentant un total de 10 000 euros, admet Jean-Baptiste Géraud. A chaque fois, nous avons bien sûr collaboré avec la police ; il s’agissait presque toujours d’un ado qui avait usurpé la carte bancaire de ses parents. »
Chez Ankama, on a également pris conscience d’un problème de communication avec les parents. « Nous avons bien conscience que nous ne sommes pas encore au top pour aider les parents, reconnaissait Florence di Ruocco, chargée de communication chez Ankama, lors du colloque « Générationsbranchées@lienoudépendance » organisé à Lille par l’Ecole des Grands-Parents Européens Nord. Nous sommes prêts à mettre à la disposition des parents de nouveaux outils pour qu’ils assument leur rôle ».
L’entreprise serait à la recherche de développeurs Web pour mettre en place de nouvelles mesures de protection des mineurs. « A partir de janvier, pour les nouveaux comptes qui vont se créer, nous allons récupérer l’email des parents, afin que ceux-ci puissent être en copie des emails échangés entre le mineur et Ankama, au sujet des achats et de la modération », révèle à Vnunet.fr Thomas Bahon.
Autres pistes explorées : envoyer un email aux parents pour les informer du temps passé sur le jeu par leurs mineurs ; autoriser les parents à activer des alertes dans le jeu au-delà d’un certain temps (2H par exemple) passé dans le jeu, afin de prévenir les risques d’addiction ; permettre aux parents d’offrir à l’enfant une récompense sous la forme d’un bonus dans le jeu si l’enfant a eu de bons résultats à l’école. Il parait qu’un accord de ce type aurait déjà été passé entre le ministère de l’Education de Corée du Sud et le jeu Ragnarök.

Jacques Henno
(article paru sur Vnunet.fr le 23 décembre 2008)

Les adolescents peuvent-ils devenir accros aux jeux vidéo ?


Priska Ducoeurjoly, journaliste au quotidien Sud-Ouest, m’a interviewé hier, dans Sud-Ouest Dimanche, sur le risque, pour les adolescents de devenir « addicts » aux jeux vidéo. Ce danger existe, mais ne concerne exclusivement que certains adolescents, déprimés ou vivants dans un contexte familial particulier, et adeptes de ce que l’on appelle les jeux vidéo en ligne massivement multijoueurs (exemple type : World of Warcraft). Vous pouvez retrouver l’intégralité de cet entretien en cliquant ici.

Les enfants face aux écrans : quatre ans d’engagement

Je suis de très près, à titre professionnel, mais aussi personnel – ma femme et moi sommes parents de trois jeunes enfants – l’impact des écrans sur les enfants.

J’ai édité en 2004 un livre intitulé Les enfants face aux écrans : pornographie, la vraie violence, préfacé par le Dr Aldo Naouri, pédiatre.

A la suite de cette publication, j’ai été invité à faire partie, en tant que membre permanent, du groupe de travail interministériel Les usages de l’Internet et la protection de l’enfance, qui avait préparé la conférence de la Famille 2005 (c’est à la suite de cet événement que les FAI – fournisseurs d’accès à Internet – se sont engagés à proposer gratuitement à leur abonnés des logiciels de filtrage). Pour ce groupe de travail, j’avais rédigé une contribution écrite, Logiciels de filtrage et de contrôle parental : pour une incitation à la mise au point de produits fiables à 100%.

En décembre 2006, j’ai adressé une lettre ouverte aux députés français, intitulée Pour une meilleure protection des enfants en ligne. Neuf députés – sur 577 – m’ont répondu. Quatre d’entre eux avaient demandé, par le biais d’une question écrite, des éclaircissements au ministre délégué à la Sécurité Sociale, aux Personnes Agées, aux Personnes Handicapées et à la Famille (à l’époque Philippe Bas). A ma connaissance, celui-ci n’a jamais répondu.

En janvier 2007, je suis intervenu devant le groupe de travail « L’image des jeunes », constitué par le ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, sur le thème « Y-a-t-il un impact de la pornographie sur les jeunes ? ».

En juin 2007, j’ai répondu à une enquête de la Commission Européenne, dans le cadre du programme Safer Internet, sur la protection des enfants sur Internet. Ma réponse est consultable ici.

En juillet 2007, j’avais testé l’efficacité des outils de filtrage proposés par les moteurs de recherche. Après avoir activé ces filtres au « maximum », c’est-à-dire, après avoir choisi le filtrage le plus strict possible, j’avais tapé « sexe » comme terme de recherche sur Google, Live Search (Microsoft) et Yahoo !. Sur Yahoo!, trois publicités inappropriées étaient apparues. Contacté, Yahoo! France avait fini par répondre, après quelques hésitations : « Nous avons fait part de vos remarques à Christophe Parcot, directeur général Yahoo France et vice-président Europe du Sud. Celui-ci a pris la décision de ne plus afficher de lien sponsorisé adulte quand le filtre est activé. »

En janvier 2008, j’ai publié Les 90 questions que tous les parents se posent : téléphone mobile, internet, jeux vidéo… A ma connaissance ce livre est unique en France : il est le seul à aborder tous les aspects des nouvelles technologies et à donner aux parents des conseils pratiques, voire techniques, mais faciles à mettre en œuvre.

Dans cet ouvrage, je soulève, entre autres, deux problèmes, qui concernent toutes les familles françaises :

les outils de contrôle parental actuellement mis à la disposition des familles par les FAI (Fournisseurs d’Accès à Internet) ne sont pas assez performants ;

les SMS surtaxés constituent un fardeau financier pour les familles.

En juillet 2008, j’ai créé sur le réseau social professionnel en ligne Linkedin un groupe destiné à toutes les personnes intéressées, à travers le monde, par la protection des enfants lorsque ceux-ci utilisent les nouvelles technologies : www.kids-safety-in-the-digital-worlds.com

Enfin, j’ai donné une trentaine de conférences sur le thème des enfants et des nouvelles technologies, devant des parents, à l’invitation d’associations de parents d’élèves (Apel, FCPE…), de collectivités locales (Conseil général des Bouches-du-Rhône, Mairie de Gardanne, projet Quartier numérique du 2e arrondissement de Paris, Canton de Pont de Beauvoisin, en Isère…), d’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales), d’associations de défense des enfants (Fondation pour l’Enfance…) et d’organismes sociaux (Codes, groupes de parents financés par les Allocations Familiales…).

Sept vidéos sur la dépendance aux jeux vidéo en ligne

L’addiction aux jeux vidéo est un sujet qui revient régulièrement dans la presse.

La vraie addiction (le joueur a conscience que sa pratique des jeux vidéo est un problème – elle a considérablement modifié sa vie sociale – mais il n’arrive pas, tout seul, à diminuer cette pratique) aux jeux vidéo est extrêmement rare.

Voici sept extraits vidéo de l’entretien que le Dr Marc Valleur, psychiatre, directeur de l’Hôpital Marmottan, à Paris, spécialiste des problèmes de dépendance, m’avait accordé le 14 juin 2007, dans le cadre de la préparation de mon livre Les 90 questions que tous les parents se posent…

Dans ces petits films de une à trois minutes, le Dr Marc Valleur nous parle de l’addiction aux jeux vidéo.

Il nous présente les trois facteurs de la dépendance :

1 les jeux massivements multi-joueurs,

Un jeu massivement multi-joueurs en ligne, c’est quoi ?

2 un environnement familial tendu,

L’impact de l’environnement familial sur les joueurs

3 l’entrée dans l’âge adulte,

L’adolescence, période charnière

Puis, il nous explique pourquoi ces jeunes s’attachent aux jeux massivement multi-joueurs,

L’attrait que les jeux massivement multi-joueurs exercent sur les jeunes

Enfin, il nous donne quelques conseils pratiques :

• comment savoir si mon enfant est devenu dépendant aux jeux vidéo :

Comment savoir si mon enfant est « addict » aux jeux vidéo ?

• et que faire si l’on croit que son enfant est devenu dépendant aux jeux vidéo :

Que faire si l’on croit que son enfant a développé une addiction aux jeux vidéo ?

Pour visionner ces vidéos, vous devez disposer du logiciel QuickTime.

Si besoin, vous pouvez le télécharger sur www.apple.com/quicktime/download